• (Missing You - Black Eyed Peas)

    Chapitre 5 : Missing You

     Je ne pu m'empêcher de jouer à la maman, et recommençais mon speech sur la sécurité. Ethan s'éloignait déjà au bout du couloir. 

    "Hey ! Tu sais que j'ai 17 ans, dit-elle en souriant. Je sais me débrouiller, et je m'occupe d'Ethan, ne t'inquiète pas. Par contre si tu peux me donner ton numéro de portable."

    Je le rentrais dans son téléphone, et ajouta : "Par contre, je le laisse éteint depuis que nous sommes ici ... 

    -D'accord, tout de façon si il y a quelque chose de grave, j’appellerais la police ! ironisa-t-elle."

    Très drôle ! Tout pour me faire stresser !

    Chapitre 5 : Missing You

     Je la pris dans mes bras, et quitta la demeure. J'appréhendais de me retrouver seule : je repensais aux moments partagés avec Dante. Mais j'avais d'autres soucis plus important ! Comme rencontrer la reine ! 

    Chapitre 5 : Missing You

     Nouvelle Orléans ! Presque totalement reconstruite suite à l'ouragan Katrina. Des ouvriers finissaient de travailler sur le stade qui avait été très endommagé. Cette ville était toujours vivante, peut importe l'heure à laquelle vous y étiez. 

    Chapitre 5 : Missing You

       Dans le quartier Français, très discret, un parking souterrain, dont la porte blindé s'ouvrit quand je m'identifiais à une borne. Un patté de maison entier appartenait à la reine, les façades de maisons permettaient de cacher le palais qui se trouvait au centre. 

    Chapitre 5 : Missing You

     

     Je laissais ma voiture sur une place, et remontais à la surface. Deux gardes de plus de 2 mètres, tout en noir, avec gilet par balles et armés jusqu'au dent se tenait droit, devant les portes. De jour, des humains des forces spéciales mit au silence par hypnose, la nuit, les vampires prenaient le relais. Je passais les contrôles, et pu enfin pénétrer dans la demeure royale. Une demeure incroyable, de plein pied, mais qui s'enfonçait sous le sol, la parfaite maison pour vampire. La façade ressemblait à un temple grec en pierre.

    Chapitre 5 : Missing You

     Le "hall", était une longue pièce, dont une piscine la traversé dans toute sa longueur, par les fenêtres, de faux décors de plage avait été recréé. De l'autre coté du bassin, un petit homme ridé, des cheveux gris m'attendait les mains dans le dos.

     "Oh ma chère vous voilà ! Je vais chercher la reine ! dit-il."

    Il disparut dans le couloir au bout de la piscine.

     Je détaillais la pièce : rien n'avait changé, pourtant tout avait l'air neuf. 

     Plongé dans ma contemplation des lieux, je ne me rendis pas compte qu'un jeune homme venait à ma rencontre.

    "Désirez vous boire quelque chose ? dit-il en me faisant une révérence."

    Chapitre 5 : Missing You

    Je le renvoyais, et parti m'asseoir sur l'un des fauteuils de salon de jardin aux cousins de soie et aux armatures de fer forgé. 

    Chapitre 5 : Missing You

     Enfin, une demi heure plus tard, une sublime rousse en maillot de bain pin up rouge et des lunettes de soleil sur le nez arriva. Je me levais de mon siège. 

    Chapitre 5 : Missing You

     "Laura ! s'exclama la reine en me prenant dans ses bras. Comme tu es belle !

    -Merci, répondis-je en me détachant d'elle. 

    -Alors comment vas-tu depuis que tu t'es enfuis sans rien dire à personne, et en me laissant le trône de Louisiane ?

    -Tu sais très bien Marie que je n'en voulais pas de ce trône. C'est déjà assez dur d'être différente des autres de son espèce, alors devoir être reine en plus, non merci !

    -Mais c'est un honneur que tu sois ainsi ! Si tout les vampires sont exterminés, tu es là pour assurer la pérennité de notre race.

    -Oui, je sais ...

    -Alors, dis moi, pourquoi viens tu seulement maintenant me rendre visite en Lousiane ?

    -J'ai eu de petites complications. 

    -Rien de grave j'espère ! Mais nous allons rattraper le temps perdu petit sœur, dit-elle toute joyeuse. J'insiste pour que tu passe la nuit avec moi ici ! Je te présenterais le personnel ...

    -Quel bonne idée, la coupais-je ironique.

    -Ne sois pas si maussade ! Un histoire de garçon là dessous ?

    -Majesté, Johan Dödlighav vous demandes, coupa l'intendant au cheveux gris."


    votre commentaire
  • Sauvé par le gong ! L'homme fut introduit dans le palais, ma sœur l'accueilli toujours avec son attitude sexy mais désinvolte. L'homme était très grand, dans les 2 mètres, ses cheveux blonds platines étaient tiré en arrière, il devait être d'origine nordique, j'en étais certaine. Il portait une chemise blanche et un pantalon de costume gris. Il me regarde du coin de l’œil tout en s'inclinant devant la rousse. Ce qui me permis de constater qu'il avait de beaux yeux bleus, il avait une couleur irréelle. Comme Dante, le vampire brun avait de magnifiques yeux, très clair, entre le gris, le bleu et le blanc, je pouvais m'y plonger ...

    "Laura, Laura, LAURA !"

    Marie-Louise me sortit de mes pensées; je retombais brusquement dans la réalité.

     

    "Oui ? 

    -Ah enfin ! Leva les yeux au ciel la rousse. Je te présente Johan Dödlighav, il commande la 5e zone  de Louisiane. 

    -C'est un honneur, dit-il en se courbant légèrement, pourtant il restait toujours plus grand que moi.

    -Cinquième zone ? C'est à dire ? demandais-je.

    -Shreveport mademoiselle. 

    -Oh quel hasard ! s'exclama Marie-Louise avec un grand sourire. Ma sœur c'est justement installé là bas.

    -Oh ! Nous pourrions peut être nous revoir. Je tiens une boite de nuit dans le centre, le Vampilicious."

    Il me tendit sa carte de visite, je la pris sans y accorder la moindre importance. Je voulais retourner dans la maison perdue dans les marécages. A peine 1 heure que j'étais là, et les mondanités me faisaient horreur. Johan, tout en continuant de me regarder, demanda à ma sœur si ils pouvaient se parler seul à seul. Tout en finissant sa phrase, il se reconcentra sur Marie-Louise, qui hocha la tête. Elle se dirigea vers le couloir, suivit de près par le grand vampire blonde. Je retournais m'asseoir dans mon coin. Vraiment très sympa ces retrouvailles familiales ! Mon cul oui ! 

     Après avoir regardé chaque fenêtres de la pièce au moins une dizaine de fois, je fouillais dans mon sac, et tombais sur l'appareil que je voulais éviter. Lentement je sorti mon téléphone, je ne savais pas qui faire, j'ai même hésité à le jeter dans la piscine. Mais non, je suis tellement stupide que je l'ai allumé. 

    Il demanda mon mot de passe, et mis 2 bonnes minutes à s'allumer complètement. Un message d'accueil m'informa que j'avais reçu des messages, faites que ça ne soit pas Amelia et Ethan ! Des messages et encore des messages, venant tous de la même personne : Dante.

    Mon cœur se serrait, je savais que c'était une mauvaise idée d'allumer mon portable. 

    Mon cœur se serra un peu plus, je ne savais plus quoi penser, je devais rêver, tout ce passé si vite ! C'est peut être vraiment un coup de foudre ! Qu'est ce que je devais faire ? Retourner à Black Stone immédiatement ! Le retrouver !

     J'appelais Gabriel pour le prévenir de mon retour en Virginie. Le premier bip, et Gabriel répondit affolé : "Allo, il y a un problème ?! Amelia va bien ?!?

    -Non, et tout va bien ! Je rentre à Black Stone, je ne connais pas cette Khristina, ce ne sont pas mes affaires, je prend le premier avion pour la Virginie.

    -Très bien, rentre avec Amelia, et Ethan."

    Il me raccrocha au nez sans demander son reste. Il devait sans doute m'en vouloir. J'étais tellement excité de rentrer pour voir Dante ! Je n'étais pas sur de ce que je faisais, mais nous n'avions qu'une vie ! 


    votre commentaire
  •  Je me levais, et parti vers le couloir. Ce château, je le connaissais par cœur, il était mon enfance, j'étais née ici. Je fermais les yeux, et inspirais lentement, l'odeur du cuivre, du bois précieux, des tapis en fil d'or, tant de souvenir me revinrent en mémoire. Je parcourue le couloir les yeux fermés, laissant mes doigts parcourir les murs de boiseries. J'ouvris les yeux devant une porte en bois sombre : l'ancien bureau de mon père, devenu celui de la reine de Louisiane. Je frappais d'une main, et l'autre sur la poignée, j'ouvris la porte sans attendre de réponse. 

    Ma sœur était derrière le bureau en acajou, elle tourna la tête surprise. Johan, lui était de l'autre coté, il arrêta de parler, à l'instant où je passais la tête. J'entrais complètement dans le pièce, et annonça à Marie-Louise : "Je m'en vais, je reviendrais te rendre visite, promis."

    Sans lui laisser le temps de répondre, je repartais déjà vers le grand hall. 

     

    * * * * * * * * *

     Avant de pouvoir embarquer, nous passions les tests de sécurité obligatoires. Nous patientâmes dans la file, Ethan tiré la tronche et jouait avec quelque chose dans sa poche. Je me rendis compte grâce à mon odorat sur développé qu'il s'agissait d'un sachet de coke !

    "Ethan ! chuchotais-je le plus doucement possible, ne voulant pas attirer l'attention sur nous. Tu te fous de ma gueule ! Pourquoi tu n'as pas laissé ton herbes aux crocos !

    -Tu rigoles ! ça vaut une fortune ! répondit-il.

    -Qu'est ce qu'il se passe ? demanda Amelia qui était un peu en avant."

    Pas le temps de  lui répondre, elle fut interrompue par un douanier. Ethan toujours décontracté, se raidit instantanément. Ce gamin ne me rendait pas la tache facile ! Je me servis de mon charme surnaturel pour distraire le douanier, qui, tout en faisant passer Ethan et Amelia ne cessa de me fixer. De mon sourire éclatant, je le remerciais quand il me tendit les passeports, et nous continuâmes notre chemin en lançant des regards noirs à Ethan.  

     Nous étions épuisé, il était maintenant trop tard pour retourner en Louisiane se réfugier. L'avion venait de décoller, et nous avions une vue magnifique sur la ville de nuit. 

     Juste avant d'embarquer, Gabriel m'avait appelé pour s'excuser de m'avoir raccroché au nez et prendre des nouvelles de sa douce. 

     "Il est 22 heures, nous arriverons en Virginie vers minuit. Nous espérons que votre voyage sera confortable ..."

     Je n'écoutais pas la suite, je me posais tellement de questions : qu'allait-il se passer ? Redeviendrais-je un monstre sanguinaire ? Est ce qu'il était vraiment amoureux de moi ? 

     


    votre commentaire
  •  

     Nous descendions de l'avion, il avait prit un peu de retard, mais nous étions enfin en Virginie. Amelia voyant mon stresse, me rassura : "Hey ! T'inquiète pas, Gabriel et Dante savent que nous n'avons pas de voiture pour rentrer à Black Stone, ils seront là."

    (In The Fading Light - Andy James)

     

     Je me stoppais net en voyant Dante, qui ne s'aperçut pas tout de suite de ma présence. Je ne voyais que lui, les gens autour n'existaient plu. Il tourna enfin ses magnifiques yeux bleus et s'approcha de moi avec son sourire en coin. Il avait l'air sur de lui à chaque pas qu'il faisait. 

     Arrivé à ma hauteur, il me prit dans ses bras, je restais figé.

    "Tu veux que je te réchauffe, on dirait que tu es congelé, dit-il ironique."

    Je baissais les yeux de timidité. Le beau brun passa sa main sous mon menton, et leva ma tête pour me regarder dans les yeux. Je défaillis, il sent rendis compte et voulu ouvrir la bouche pour dire une connerie, mais je l'embrassais pour le faire taire, un baiser passionné ! Il répondit à mon baisé, en l'amplifiant un peu plus, sa langue venant caresser la mienne. 

     Quand je me détachais enfin de lui, je vis par dessus son épaule, que Gabriel, Amelia et Ethan nous attendaient impatiemment. Le rouge me monta aux joues en les voyant. Main dans la main, je tirais Dante qui n'était pas de tout gêné de faire attendre les autres. 

    "Alors tu as fait bon voyage Laura ? S'enquit Gabriel en me souriant.

    -Oui, j'étais pressée de revenir ici.

    -On se demande pourquoi, dit Dante en levant les yeux au ciel. 

    -J'ai quelque chose à vous demander les garçons, dis-je timidement. Je n'ai plus de maison ici, je pourrais habiter chez vous, juste le temps que j'en trouve une autre ? 

    -Très bien, mais tu vas devoir payer un loyer ! Etant donné que c'est la crise, on va devoir partager la chambre, la salle de bain, et même la douche ! annonça le vampire brun. "

    Je déposais un bisous sur la joue du beau brun en signe de remerciement. 


    votre commentaire
  •  Je regardais, par la fenêtre de la voiture, le grand manoir Calvelli, une belle demeure ancienne en pierres et aux poutres de bois apparentes, la verdure alentour était luxuriante. Dante se gara sous le porche et vint m'ouvrir la porte de son carrosse. Il s'inclina à mon passage, je lui donnais une petite claque sur la tête.

    "Oh ! Tu n'aurais jamais dû faire ça ! La vengeance d'un vampire est terrible, dit-il avec un air faussement sauvage."

     Sans que je m'y attende, il passa un bras dans mon dos, l'autre sous mes genoux, telle une mariée, et monta les marches du perron, ouvrit la porte avec facilité malgré son fardeau dans les bras.

     Il ne me déposa que sur son lit tout en m'embrassant. Il descendait de plus en plus bas, remontant mon t-shirt pour pouvoir me caresser de ses lèvres mon ventre. 

    "Dan ... Dante ! Arrête ! me crispais-je. 

    -Roh non, laisses moi faire !"

     Au lieu de répondre, je me mis à hurler en me tenant la tête entre mes mains. On martelait mon crane, la douleur était vive, et allait de plus en plus forte, j'aurais arraché ma propre tête si je ne m'étais pas retenue ! Dante se stoppa net, surpris, me prit dans ses bras, comme pour me rassurer.

    "J'ai mal ! Dante aides moi ! me mis-je à dire entre deux sanglots."

    Il tentait de rester calme, mais je voyais dans ses yeux un soupçon de panique.

    "Ne t'inquiètes pas, je prendrais soin de toi, calme toi, je t'aime Laura, me chuchota-t-il à l'oreille."

     Je ne sais comment cela à-t-il pu se produire, un large sourire se fixa sur mes lèvres, sans que je ne le contrôle.

     

    * * * * * * * * * * * *

     

    Fin du chapitre 5 !

    Alors vous vous y attendiez ? La reine est en faite la sœur de Laura ^^, et le trône aurait du lui revenir.

    Que pensez vous des retrouvailles ? 

    Et que présages ce mal de crane !?

    A bientôt tout le monde !


    votre commentaire