• Vingt heure tapante, la fine couche de glace avait fondu. Amelia, Gabriel est un garçon brun ressemblant à mon amie m'avaient rejoins chez moi avec leurs valises. 

     

    "Vous êtes prés, demandais-je.

    -Oui. Laura, je te présente mon frère Ethan, annonça Amelia."

    L'adolescent était grognon, et après un bref salut de la main, s'éloigna de quelques pas pour finir sa cigarette. Gabriel, quand à lui, calait les valises dans le coffre de la mustang.

    "J'ai deux, trois règles pour vous protéger, à respecter à la lettre ! commençais-je. Vous n'avez pas le droit de dire à qui que ce soit où nous sommes, dites que vous êtes en vacance, ou je ne sais quel excuse bidon. Je paierais la nourriture, et on partagera les taches ménagères. Aucune question ? Très bien tout le monde dans la voiture !"

    J'abaissais le siège avant pour qu'Ethan prenne place sur la banquette arrière, puis m'installais derrière le volant. 

     

     Je tournais la tête pour voir Amelia dans les bras de Gabriel. Les "aux revoir" de couple étaient vraiment déprimant, on aurait dit qu'ils n'allais plus jamais se revoir, c'était interminable.

    "Fait bien attention à toi Amelia.

    -Oui ne t'en fait pas.

    -Je t'aime Amelia.

    -Je t'aime Gabriel.

    -Bon on peux y aller maintenant ? demandais-je un peu excédé.

    -Ouais ! Fais chié ! Grouillez ! s'exclama à son tour Ethan de mauvais poil."

    Amelia monta enfin à contre cœurs dans la voiture et abaissa la vitre, Gabriel s'en approcha pour lui faire un dernier bisou. Alors que j'allais oublié, je profitais de ce moment pour donner à Gabriel la lettre que j'avais écrite afin qu'il la transmette au destinataire. Je démarrais le moteur, et on s'éloigna enfin de Black Stone.   

     

      Vers 22 heures, nous nous arrêtâmes sur un air d'autoroute, pause pipi oblige.

     

     Je restais dehors, appuyé contre la voiture à surveiller que rien n'arrive à mes deux compagnons de voyage. J'eus bien raison de scruter les lieux ! Derrière les poubelles caché sur la droite, je vis Ethan de dos. Je courus vers lui. Avant qu'il ait le temps de dire ouf, j'avais son portable dans la main, je parcourus rapidement le message et la colère m'envahit.

     "Putain tu foutais quoi ! Ta sœur risque sa peau et c'est pour ça que j'insiste sur le fait de ne pas dire où nous sommes et toi tu envoies un message qui dit où NOUS SOMMES !

    -Mais non, je voulais dire bonjour à un pote, dit-il énervé.

    -Ne me mens pas ! J'en ai tué pour moins que ça ! Rentres toi ça dans le crane : j'ai beau ressembler à une humaine, je peux te tordre le cou avant que tu es le temps de crier.

    -Ouais c'est bon calmes toi ! Moi je voulais pas venir !

    -Et moi je ne voulais pas vous emmener ! Mais les choses sont tel qu'elles sont, et je protège ta sœur et toi maintenant. Refaits ça, et je te brise les 10 doigts, compris ?!

    -Ouais c'est bon, soit pas relou."

    Il partit rejoindre sa sœur dans la boutique, l'air de rien. 

     

    * * * * * * * 

     

    (Shinning Down - Lupe Fiasco)

     Les deux humains dormaient, la fatigue, le stresse et les émotions fortes avaient eu raison d'eux. 

     Cela faisait maintenant quatre heures que nous roulions et nous étions presque seul sur la route. Je conduisais sans vraiment faire attention à ce qu'il se passait sur le bitume, dans ma tête, je repensais à Dante ... Comment était-il possible qu'au bout d'à peine une semaine je sois accaparé par cet homme. Plus on avançait, plus j'avais envie de retourner en arrière, me jeter dans ses bras glacés, embrasser sa peau douce mais solide comme du roc, sentir ses cheveux sous mes doigts, sentir mon cœur s'accélérer, mes joues se réchauffer.

     Je repensais aux raison de mon départ. Je ne sais plus ce que je dois faire. Le carnage n'était qu'une excuse en fin de compte, réellement, j'avais peur de tomber amoureuse de cet homme. La dernière fois que j'étais tombé amoureuse, ça c'était très mal fini ...

     Je craquais alors, des larmes de sang coulèrent sur mes joues. Parfois ça fait du bien de se laisser aller.

    "Laura ? ça va ? demanda d'une petit voix Amelia inquiète.

    -Oh désolé, je ne voulais pas te réveiller.

    -Non ne t'inquiète pas, je ne dormais pas.

    -Ah OK ...

    -Alors qu'est ce qu'il y a ?

    -Rien ne t'inquiète pas, répondis-je en fixant la route devant moi.

    -Tu es amoureuse de Dante, affirma-t-elle.

    -Arrête de raconter n'importe quoi s'il te plait."

     J'avais beau essayer de garder une voix posée, les mots s'étranglaient dans ma gorge. 

    "Ce n'est pas n'importe quoi ! Comment peux tu savoir ce qu'il ressent pour toi ...

    -Roh c'est bon ! Rendors toi, ne m'oblige pas à te bâillonner.

    -OK, mais tu sais, c'est peut être réciproque."

    Puis elle s'exécuta, et referma ses yeux. Pour m'encourager à aller jusqu'au bout, je fis rugir le moteur en accélérant de plus belle. 


    votre commentaire
  •  

     Il était neuf heure, nous étions au beau milieu de l'Alabama quand Ethan et Amelia se réveillèrent presque simultanément. 

    "Bonjour les humains, dis-je sur un ton joyeux. Je vous ai acheté des croissants tôt ce matin. Ils sont dans la boite à gant avec de la confiture et un couteau.

    -Oh merci Laura, c'est très sympa de ta part, s'exclama Amelia.

    -Ouais ! J'avais faim ! ajouta Ethan."

    Il se leva de son siège pour atteindre la nourriture en premier. Par inadvertance, il ce coupa le bout du doigt, une minuscule égratignure, dont une goutte de sang perla. L'odeur me parvint aux narines, elle m'enivra, mes crocs descendirent, de petites veines violettes ressortirent autour de mes yeux. Je tenais tellement fort le volant pour éviter de le lâcher et de sauter sur Ethan. que mes doigts s'y étaient incrustés. Amelia comprit dans la seconde et lui passa un petit mouchoir en papier pour essuyer le sang, puis le jeta par la fenêtre, tant pis pour l'écologie, j'étais à deux doigts d'étriper son frère. 

     C'était déjà fini, une petite goutte de rien du tout, m'avais rendu folle ! Je n'étais vraiment pas dans mon état normal en ce moment. Si je ne m'étais pas contrôlé, Ethan aurait trépassé à l'heure qu'il ai. 

     

    * * * * * * * * *

     

     Sans un mot depuis l'incident, on arriva à destination. Enfin la route était finie !

     

     Je garais la voiture juste devant le porche. Amelia était époustouflé par le décor typique de la Louisiane, une immense allée cernée de part et d'autres d'énormes chênes centenaires. L'herbe était verte et parfaitement taillée. Derrière la maison, il n'y avait que les bayous, où régnait en maîtres les alligators. La maison blanche aux colonnades était juste grandiose. On voyait depuis la porte d'entrée au loin les grilles en fer forgé.

    "On est arrivé ! m'exclamais-je. 

    -C'est pas trop tôt ! j'en avais franchement mare ! déclara Ethan? J'en pouvais plu de dormir dans la voiture : ça faisait trop chié !

    -ETHAN ! gronda Amelia. S'il te plait parles bien."

     

     Je tournais les clés dans la serrure de cette grande maison que j'avais loué. L'intérieur était simple, des canapés en tissus clairs, une petite table en bois, du parquet, d'épais tapis.

      Ethan était déjà à la recherche de la chambre la plus confortable à l'étage pendant qu'Amelia m'aidait à sortir les valises du coffre. Puis on s'installa chacun dans notre espace.

     

    * * * * * * * * *

     

     Au fil des jours, je supportais de moins en moins le comportement d'Ethan envers sa sœur et moi, le jeune homme ne cessait d'être insolent, de tout critiquer, de bougonner, d'insulter, bref un vrai adolescent.  Il méritait de bonnes claques  !

      Aujourd'hui la dispute concerné l'aspirateur qui devait être passé par l'ado, mas sous prétexte de l'avoir déjà fait deux fois, il ne voulait plu y toucher, et que si nous n'étions pas d'accord, nous pouvions allé se faire foutre !

     Pour éviter de l'étriper, je sortie prendre l'air, descendit les quelques marches jusqu'à la terre ferme. Les maisons des plantations sont toujours surélevées en cas d'inondation. Ici, en ce début du mois d'octobre, l'automne n'était toujours pas arrivé ! L'air était lourd et moite, j'entendais les moustiques voler au dessus des marécages. 

     

     Je parcourus toute l'allée. Etant donné que le petit drapeau rouge de la boite aux lettres était levé, je pris la lettre qui était à l'intérieur. Il n'y avait rien sur l'enveloppe, ce qui était étrange, personne ne savait où nous étions, ça ne pouvait pas être Dante. J'ouvrais l'enveloppe, et commença à lire. 

     

     Il ne manquait plus que ça ! Quand la reine impose, tout le monde dispose, je n'avais pas d'autre choix que m'y rendre, elle savait déjà où j'habitais. Je ne pouvais emmener Amelia et Ethan, la capitale était bien trop dangereuse. Il faudra donc qu'ils restent seuls ici ...

     Je parcourue l'allée dans le sens inverse, la jeune brune était assise dans le salon, et Ethan zappait sur la télécommande.

    "Amelia, je peux te parler dans la cuisine."

    La jeune femme me suivit et je pu lui parler sans les regards suspicieux d'Ethan.

     

    "Je dois m'absenter demain, c'est vraiment important. Mais je ne peux pas vous emmener avec moi, c'est trop dangereux. Je sais que tu ne feras rien de dangereux, par contre Ethan c'est autre chose. 

    -Ne t'inquiète pas pour nous, nous ne sortirons pas d'ici jusqu'à ton retour. 

    -Merci, heureusement que tu es là, sinon j'aurais déjà égorgé ton frère."

    Tout le reste de la journée, je m'angoissais à cause du rendez-vous avec la reine. Cette reine était vraiment spéciale ...

     

    * * * * * * * * * 

     

    Fin du troisième chapitre !

    On change de décor, la neige c'est le mal ! Le soleil c'est le bien ! Si vous saviez comme j'adore la Louisiane ! ça se verra sans doute au fil de l'histoire ! :D

    Que pensez-vous d'Ethan ? Vrai ado ! Et à votre avis pourquoi la reine veut-elle voir Laura !

    Pour finir, une petite photo de mon voyage en Louisiane de la Laura Plantation :3

     


    2 commentaires
  • (Total Eclipse Of The Heart - Bonnie Tyler)

     

     La journée était radieuse ! Et mon humeur l'était tout autant ! Je n'avais qu'une hâte : retrouver Laura chez elle ! Elle était tellement différentes des autres filles que j'avais rencontré, ne ressemblant en rien à Khristina ! Je voulais tellement revoir la jolie blonde, que je m'empressais de lui envoyer un sms, ce qui je tiens à le préciser, n'était pas du tout mon genre. Je ne courrais pas après les filles, elles couraient après moi !

     Un encas plus tard, trouvé dans le centre-ville de Black Stone, et j'arrivais le soir même devant la maison de la jolie vampire, une bouteille d'un grand crus à la main, un sourire aux lèvres. Je croisais les doigts pour que la soirée soit aussi bien, ou mieux que la dernière que nous avions passé à deux. 

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     

     Pourtant en arrivant, quelque chose avait changé, mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. J'approchais de la porte d'entrée et y frappais deux petits coups. Il se mit au même moment à pleuvoir. L'histoire se répète ! Aucun signe de vie ... Cette fois ci, il n'y avait pas de lumière à l'intérieur. Avais-je fait quelque chose de mal entre temps ? J'avais bien remarqué sa mauvaise humeur lorsque je l'avais ramené chez elle. Les filles boudent souvent pour un oui ou pour un non. 

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     Un quart d'heure plus tard, la neige avait commençait à remplacer les gouttes de pluie, et j'étais toujours là à attendre. Dante, tu es bien diffèrent des autres fois, constatais-je pour moi même. Qu'est ce qu'il m'arrivait bon dieu !

      Au bout d'un certain temps, je rentrais tout de même chez moi.

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     Le manoir Calvelli, dans la famille depuis des générations, tenait encore debout au milieu de la forêt , dans un coin, où personne n'allait, de Black Stone. C'est vrai qu'il avait une mauvaise réputation. Il fut un temps, les gens pensaient que le diable vivait ici, ils n'avaient pas forcément tord ! Le domaine s'étendait sur plusieurs hectares de forêt.

     Le grand hall d'entrée donnait, à gauche sur la bibliothèque et à droite sur le salon. Toutes les pièces de la maison étaient remplies d'antiquités accumulées depuis des siècles, des tableaux dont la peinture s'écaillait, des tapis sentant la poussière, et des centaines de livres aux pages jaunies. Les meubles étaient tout aussi vieillots rien n'avait changé depuis toutes ces années.

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     

      Je m'approchais de la cheminée, et m'affalais dans l'un de nos fauteuils au tissu rouge brodé. Un verre de bourbon m'attendait, juste ce dont j'avais besoin. 

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

    "Dante ! Enfin tu rentres ! s'exclama Gabriel derrière moi.

    -Je t'ai tant manqué que ça mon frère ! ironisais-je."

    Il s'approcha sans relever la vanne, et s'assis sur le fauteuil de l'autre coté de la cheminé. dans sa main une enveloppe.

    "Je dois te donner ça ..."

    Il me tendit alors le papier. Je ne sais pourquoi, mon inconscient me disait qu'il s'agissait d'une mauvaise nouvelle.

     Au fur et à mesure de ma lecture, je me figeais de plus en plus. Comme si je ne voulais pas faire face aux sentiments qui m'envahissaient. D'ailleurs quels sentiments ? Dante Calvelli n'a jamais eu de sentiment ! C'est bien pour ça que je fais un meilleur vampire que mon sentimental  de frère. 

    "Je sais que ça vient de te blesser ... commença mon frère. Tu devrais lui dire que tu l'aimes !

    -Ferme ta gueule, compris ! Rétorquais-je le plus méchamment possible. Je n'aime qu'une personne, et cette personne c'est moi même !"

    Gabriel, habitué à mon bon caractère, se leva alors pour me laisser seul. Il me connaissait par cœur, et si il avait osé ajouter un mot, il savait très bien que je lui aurait arraché la langue, ce qui ne serait pas très pratique pour embrasser Amelia.

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     

     Je restais là devant la cheminé dont les flammes léchaient la bûche devenue noire. Les yeux perdus dans le vague. Qu'avais-je fait ? Que m'arrivait-il ? Les mots de Gabriel m'avait laissé pantois, je ... La seule fois où j'avais était amoureux avait été une catastrophe que je préférais oublier. Khristina, Laura, tellement de choses les séparées toutes les deux. 

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     Quand on parle du loup, on en voit la queue !

     Un coup de vent, et une magnifique femme brune apparue comme par magie sur le canapé, installé comme si elle était chez elle. 

    "Alors comment c'est passé ton cinéma avec ta gamine ? me demanda-t-elle en ricanant. 

    -Khristina ..., commençais-je lassé par cette femme qui m'avait hanté durant un siècle et demi. Tu sais très bien que je n'ai pas pu m'y rendre, justement à cause de toi. Tu peux pas me foutre la paix !"

     Aussi vive qu'un serpent, elle attrapa la lettre que j'avais toujours dans la main, et se mit à la lire à haute voix tout en marchant derrière moi.

    "Comme c'est mignon ! Tu viens de te faire larguer mon lapin ! sourit-elle.

    -Non c'est vrai ! Qu'est ce que t'es maline comme fille toi ! répondis-je méchamment."

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     

     Le jolie brune s'approcha alors de moi, et du bout du doigt, remonta le long de ma cuisse. Yeux dans les yeux, et son visage se rapprochant du mien, elle dit alors d'une voix langoureuse : "ça te dirais de refaire ce que nous faisions avant, toi et moi : sexe, sang et rock and roll ..." 

     Ses lèvres à mon oreille, elle chuchota alors : "Tu sais que je n'attend que ça ... En plus elle pensait déjà que tu étais avec moi ... "

    Chapitre 4 : Total Eclipse Of The Heart

     Mes deux mains sur ses épaules, je la repoussais en soufflant d'exaspération. Autre fois, j'aurais accepté volontiers, mais  cette manipulatrice psychopathe, n'avait plus aucune emprise sur moi. 

    "Khristina, va te faire foutre ! Tu m'as bien compris ! Ne m'oblige pas à t'arracher un doigt après l'autre. Tu es exaspérante, et si tu t'ennuies va voir mon frère. C'est fini ! Je ne veux plus être ton petit joué ! A partir de maintenant, je ne rappliquerais plus lorsque tu m'appelleras !"

     Elle se mit à bouder, depuis toutes ces années, elle n'avait pas changé avec son caractère merdique. Elle n'avait pour elle que son incroyable beauté.

    "Tu ne sais pas par hasard où est Amelia ?

    -Même si je le savais, je ne te dirais rien.

    -Bon tu sais où me trouver si tu changes d'avis, ajouta-t-elle avant de partir.

    -Oh oui, ça je sais très bien, me dis-je pour moi même."


    votre commentaire
  •  Elle ne répondait plus au téléphone, elle était injoignable, et je n'avais aucune adresse, ni rien qui pourrait m'aider à la retrouver. Pour me vider la tête, je me suis décidé de partir à la chasse, c'était le meilleur moment de la journée ! Et je ne devais pas m'encombrer de pensées d'une fille qui c'était cassé. 

     J'avais conduit jusqu'au lycée, et arrivé pile à la sortie des cours? De nombreux lycéens sortaient pas les deux portes du bâtiment. Je détaillais chacun d'entre eux afin de trouver le repas idéal ! Trop gras, le sang n'avais pas bon goût, trop sportif non plus, les drogués, n'en parlons même pas !

     Une petite blonde entourée d'amis sortit du lycée. Elle avait l'air succulente !  Je sorti alors de ma voiture, pour aller à sa rencontre. 

    Elle me détailla de haut en bas, et un sourire charmeur apparue sur ses lèvres rosées. Je plantais mes yeux dans ceux de la jeune fille.

    "Comment tu t'appelles ?

    -Abbie, répondit-elle hypnotisé.

    -Viens avec moi."

    J'attrapais sa main, et l'emmenais dans ma voiture.

     On s’arrêta dans un recoin de la forêt. Une fois le moteur coupé, je regardais la blonde, et laissais apparaître le visage du démon. Son visage se tordit de peur, et elle se mit à trembler de tout ses membres.

    (The Depths - Of Mice And Men)

    "Cours, lui ordonnais-je."

     Je restais derrière le volant, regardant la jeune fille partir droit devant à travers les arbres. Lentement, je passais ma langue sur l'une de mes canines, c'était bien plus drôle de les chasser. 

     

    Puis je parti vers ma victime. Alors qu'elle tentait de courir à travers les branchages, elle s'empêtra les pieds dans une racine, et s'étala de tout son long dans la boue. Je la rattrapa, alors qu'elle tentait de se relever. Sans plus de cérémonie, je plongeais mes crocs dans sa gorge, le sang qui s'engouffrait alors dans ma bouche était un délice ...

     

    * * * * * * * * *

     

     Inconsciente, je la ramenais dans ma chambre, une fois m'être assuré que Gabriel ne soit pas dans mes pattes. J'étais un peu déçu de l'avoir attrapé si vite. Du poing, je poussais son bras pour la réveiller, mais elle ne bougea pas d'un cil. J'en soufflais d'exaspération.

    "Allé merde ! Je t'aurais pensé un peu plus battante, tu vas pas crever dans mon lit ! répliquais-je.

     Dix minutes plus tard, elle repris lentement connaissance lentement. Ces yeux papillonnaient un peu partout dans la pièce, la fille était perdue. Lorsque ses prunelles tombèrent sur moi, elle retint un cri d'effroi, et se releva précipitamment pour mettre le plus de distance entre nous. Je lui tendis un couteau, et ajouta : "J'ai faim !"

     Hypnotisé, la fille se tailla aussitôt le poignée, dont le sang se mit à gicler. La sensation de pouvoir que me procurait l'hypnose était euphorisante ! Je me jetais sur le poignée que la fille me tendait. 

     

    * * * * * * *

     

     

     La fille était toujours dans ma chambre comateuse après tout le sang que j'avais bu. Sur l'instant j'avais oublié ce que m'avait procuré comme sentiment la lettre de Laura. Disons le clairement, c'était de la douleur ... Comme pour m'infliger une fois de plus de la peine, j'avais récupéré la feuille et la relisais, essayant de lire entre les lignes, peut être m'avais t'elle laissé un indice pour la retrouver ... 

     Au bout d'un moment n'en pouvant plus de me torturer, je laissais les flammes tordre cette lettre. Je m'enfonçais dans le fauteuil un verre à la main. 

     

    * * * * * * * * * * *

     

    Fin du chapitre 4 !

    Alors qu'en avez vous pensé ? Dante vous êtes pour ou contre lui ? 

    Je sais qu'ils se sont vite rapproché Laura et Dante, mais que voulez vous ! L'amour ! xD

    Abbie qui sert de sac de sang sur patte ^^ C'est mon coté sadique :3

    A bientot ! :D

     


    votre commentaire
  • (Missing You - Black Eyed Peas)

    Chapitre 5 : Missing You

     Je ne pu m'empêcher de jouer à la maman, et recommençais mon speech sur la sécurité. Ethan s'éloignait déjà au bout du couloir. 

    "Hey ! Tu sais que j'ai 17 ans, dit-elle en souriant. Je sais me débrouiller, et je m'occupe d'Ethan, ne t'inquiète pas. Par contre si tu peux me donner ton numéro de portable."

    Je le rentrais dans son téléphone, et ajouta : "Par contre, je le laisse éteint depuis que nous sommes ici ... 

    -D'accord, tout de façon si il y a quelque chose de grave, j’appellerais la police ! ironisa-t-elle."

    Très drôle ! Tout pour me faire stresser !

    Chapitre 5 : Missing You

     Je la pris dans mes bras, et quitta la demeure. J'appréhendais de me retrouver seule : je repensais aux moments partagés avec Dante. Mais j'avais d'autres soucis plus important ! Comme rencontrer la reine ! 

    Chapitre 5 : Missing You

     Nouvelle Orléans ! Presque totalement reconstruite suite à l'ouragan Katrina. Des ouvriers finissaient de travailler sur le stade qui avait été très endommagé. Cette ville était toujours vivante, peut importe l'heure à laquelle vous y étiez. 

    Chapitre 5 : Missing You

       Dans le quartier Français, très discret, un parking souterrain, dont la porte blindé s'ouvrit quand je m'identifiais à une borne. Un patté de maison entier appartenait à la reine, les façades de maisons permettaient de cacher le palais qui se trouvait au centre. 

    Chapitre 5 : Missing You

     

     Je laissais ma voiture sur une place, et remontais à la surface. Deux gardes de plus de 2 mètres, tout en noir, avec gilet par balles et armés jusqu'au dent se tenait droit, devant les portes. De jour, des humains des forces spéciales mit au silence par hypnose, la nuit, les vampires prenaient le relais. Je passais les contrôles, et pu enfin pénétrer dans la demeure royale. Une demeure incroyable, de plein pied, mais qui s'enfonçait sous le sol, la parfaite maison pour vampire. La façade ressemblait à un temple grec en pierre.

    Chapitre 5 : Missing You

     Le "hall", était une longue pièce, dont une piscine la traversé dans toute sa longueur, par les fenêtres, de faux décors de plage avait été recréé. De l'autre coté du bassin, un petit homme ridé, des cheveux gris m'attendait les mains dans le dos.

     "Oh ma chère vous voilà ! Je vais chercher la reine ! dit-il."

    Il disparut dans le couloir au bout de la piscine.

     Je détaillais la pièce : rien n'avait changé, pourtant tout avait l'air neuf. 

     Plongé dans ma contemplation des lieux, je ne me rendis pas compte qu'un jeune homme venait à ma rencontre.

    "Désirez vous boire quelque chose ? dit-il en me faisant une révérence."

    Chapitre 5 : Missing You

    Je le renvoyais, et parti m'asseoir sur l'un des fauteuils de salon de jardin aux cousins de soie et aux armatures de fer forgé. 

    Chapitre 5 : Missing You

     Enfin, une demi heure plus tard, une sublime rousse en maillot de bain pin up rouge et des lunettes de soleil sur le nez arriva. Je me levais de mon siège. 

    Chapitre 5 : Missing You

     "Laura ! s'exclama la reine en me prenant dans ses bras. Comme tu es belle !

    -Merci, répondis-je en me détachant d'elle. 

    -Alors comment vas-tu depuis que tu t'es enfuis sans rien dire à personne, et en me laissant le trône de Louisiane ?

    -Tu sais très bien Marie que je n'en voulais pas de ce trône. C'est déjà assez dur d'être différente des autres de son espèce, alors devoir être reine en plus, non merci !

    -Mais c'est un honneur que tu sois ainsi ! Si tout les vampires sont exterminés, tu es là pour assurer la pérennité de notre race.

    -Oui, je sais ...

    -Alors, dis moi, pourquoi viens tu seulement maintenant me rendre visite en Lousiane ?

    -J'ai eu de petites complications. 

    -Rien de grave j'espère ! Mais nous allons rattraper le temps perdu petit sœur, dit-elle toute joyeuse. J'insiste pour que tu passe la nuit avec moi ici ! Je te présenterais le personnel ...

    -Quel bonne idée, la coupais-je ironique.

    -Ne sois pas si maussade ! Un histoire de garçon là dessous ?

    -Majesté, Johan Dödlighav vous demandes, coupa l'intendant au cheveux gris."


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique