•  En deux jours je ne l'avais pas quitté des yeux. Il n'y avait toujours aucun signe d'amélioration de son état de santé. Je m'inquiétais qu'elle ne puisse pas se nourrir. 

     Pour y remédier, Gabriel avait apporté des pochettes de sang qu'il avait réchauffé préalablement. Je l'avais relevé, son dos contre mon torse. Mon frère approcha alors de sa bouche le liquide qui l'aiderait peut être à se rétablir.

     Elle semblait apprécier, du moins dans les premières secondes ...

     Elle recracha tout le sang qu'elle avait ingéré, et des spasmes s'emparaient d'elle. Je la retenais de toutes mes forces contre moi. J'étais complètement paniqué !

     Au bout d'une minute, les spasmes se calmèrent, et la laissèrent en paix. Je pouvais lire de la tristesse dans les yeux de Gabriel.  

     "Tu penses qu'elle est condamnée, affirmais-je alors.

    -Dante, un vampire ne peut pas vivre sans sang, et elle le rejette ...

    -Ce n'est pas un vampire comme les autres."

    Mon frère n'osait plus me regarder dans les yeux, comme si elle était déjà morte. 

    "Dégage, ordonnais-je."

    Il n'ajouta rien et s'éloigna, me laissant seul avait cette fille dont j'étais fou amoureux dans les bras. et du sang un peu partout sur les draps. 


    votre commentaire
  •  

     Au fil des jours, elle devenait de plus en plus pale, et maigrissait à vue d’œil. Je ne savais pas quoi faire pour  l'aider ! Son cœur continuait de battre, très faiblement, mais il continuait, et c'était le plus important pour moi ... Je n'osais plus la toucher de peur de la briser ... Ne sortais plus non plus de la chambre, de peur que sa dernière heure n'arrive lorsque je ne serais plus au près d'elle.   

     Aujourd'hui ce fut Amelia qui vint nous rendre visite. Gabriel n'osait même plus venir tellement je l'avais rembarré à la moindre de ses paroles. La brune s'appuya contre la vieille commode. Nous restâmes ainsi sans parler. 

     Elle vint me rejoindre, et me glissa dans l'oreille : "Garde espoir."

    Surpris, je virais mes yeux vers ceux d'Amelia.

    "Tu en as toi ? demandais-je.

    -Oui, j'ai envie d'y croire.

    -C'est pas ce que pense ton petit ami ...

    -Il a peur d'avoir espoir et qu'elle meurt. Il se prépare à tout."

    Je tournais les yeux vers le visage de la belle au bois dormant, tout en prenant sa main dans les miennes.

    "Tu sais, il souffre déjà énormément de la perte de Luna ..."

    Je n'écoutais déjà plus ce qu'elle disait, et à vrai dire, j'en avais rien à foutre. Un vrai salop égoïste. 

     

    * * * * * * * * *

     

    Fin du chapitre 9 !

    Dante montre son coté sentimental, vous pensez quoi de lui ? 

    Qu'arrive-t-il encore à Laura ? vos avis ? 

    A bientôt :)


    votre commentaire
  • (If I Was Your Vampire - Marilyn Manson) 

    Chapitre 10 : If I Was Your Vampire

     J'ouvrais les yeux lentement, les frottais et regardais autour de moi. La chambre m'était familière, la façon dont le lit craqué quand on bougeait aussi. Je me levais pour m'asseoir. Je retirais la couette, et posais mes pieds sur le parquet. En me levant, j'eus un peu le tournis, ce qui me ramena à m'asseoir sur le lit.  

     Quelques minutes pour reprendre mes esprits, et je me levais pour de bon. M'appuyant aux meubles, j'atteignis la salle de bain sans encombre. 

     Après une bonne douche chaude, j'enfilais un t-shirt de Dante qui traîné, un vieux jeans et relevais mes cheveux mouillés en queue de cheval. 

    Chapitre 10 : If I Was Your Vampire

    Je pouvais marcher sans difficulté, j'en profitais pour ouvrir les rideaux de velours rouges. De la neige recouvrait tout, quelques flocons tombaient encore. Le blanc de la neige tranchait avec la nuit noir. 

     Mon ventre gargouilla, ce qui me ramena à la réalité. Je descendis les marches du grand escalier de bois massif, et vis par la baie vitré, une silhouette de dos, emmitouflée dans une couette sur la terrasse, à l'abri du vents et de la neige, perdu dans le contemplation du paysage immaculé. 

    Chapitre 10 : If I Was Your Vampire

     En m'approchant je distinguais la chevelure brune d'Amelia.

    Je la rejoignis sur son banc, en disant : "Belle nuit !

    -Laura ! s'exclama Amelia surprise. ça va ? Tu te sens bien ?

    -Oui ça peut aller, un peu le tournis mais sinon ça va, acquiesçais-je. Où sont Dante et Gabriel ?

    -Viens on va rentrer."

    Chapitre 10 : If I Was Your Vampire

    Tout en retournant à l'abris bien au sec, elle m'expliqua : "Gabriel a emmené Dante chasser.

    -Tu es sur que ce n'est pas le contraire, rigolais-je.

    -Oui, depuis que tu es dans le coma ...

    -Coma ! répétais-je choqué. Mais c'est ?!? Depuis combien de temps ? 

    -1 mois et demi, lâcha-t-elle, ce qui eut l'effet d'une bombe.

    -C'est ... c'est impossible, articulais-je en état de choc. Comment va Dante ?"


    votre commentaire
  •  

     La porte d'entrée claqua, je crus même qu'on l'avait cassé.

    "Tu vas te laisser mourir pour elle, tu crois que c'est ce qu'elle veut pour toi ? ça fait un mois et demi que tu n'as pas touché à une goutte de sang ! Tu risques de la blesser, si dans un excès de faim tu t'attaques à elle ...

    -Fous moi la paix, je monte dans la chambre, entendis-je dans le hall."

    Les pas de celui qui montait, si firent entendre en descendant les marches précipitamment. 

    "Où est Laura !? Gabriel qu'est ce que tu lui as fait ! hurla l'homme."

    Il m'aperçut enfin derrière la porte vitrée, il n'en revenait pas. On aurait dit qu'il avait vu un fantôme. 

     Mon beau Dante n'était plus le même : plus blanc que jamais, les traits tirés, sa chemise moulant son corps d'Apollon d'ordinaire, semblait trop grande pour lui, des cernes gris en dessous  de ses yeux, ses cheveux ternes. Il avait la tête d'un mort vivant. 

     Il se décida enfin à s'approcher. 

    "C'est pas vrai, j'ai des hallucinations maintenant, dit-il n'osant pas me toucher. 

    -Hum, pas vraiment, répondit Gabriel. ça fait du bien de te revoir ! 

    -Laura ? dit Dante en s'approchant encore un peu."

    Pour toute réponse, je lui souriais.

     Il s'approcha, encercla mon visage de ses mains, des larmes de bonheurs coulaient sur ses joues creuses.

    Je l'embrassais timidement, de peur quand un mois ses sentiments n'aient changé. Il me répondit par un autre baiser. 

     Mais subitement, il se retourna, ne me laissant voir que son dos. 

    "Désolé Laura, je ne suis pas présentable !

    -Ce n'est rien, répondis-je en essayant de le retourner vers moi. Je t'aime pour toi, pas que pour ton physique de beau gosse. 

    -Si tu le dis. En tout cas, là maintenant, je ne suis pas digne de toi. Laisses moi 1 heure que je me prépare pour ne pas avoir honte de moi."

     Sans attendre plus longtemps, il remonta l'escalier, sans même se retourner. Je l'avoue, j'étais blessé, et avais peur qu'il ne m'aime plus. 

    "Ne t'inquiète pas, il t'aime toujours à la folie, dit Amelia, comme si elle avait lu dans mes pensée.

    -J'espère. Il a arrêté de se nourrir pour moi ?

    -Oui, répondit Gabriel. Il est complètement affamé, il passait son temps à tes cotés. Tu sais comment il est, impossible de le faire changer d'avis !"

     Il parut hésiter puis ajouta : "J'ai reçu des lettres pendant ton sommeil. Je ne les ai pas fait lire à Dante, je pense que ça l'aurait achevé !"

    Il me tendis les feuilles de papier. 

      Je restais stupéfaite au fil de ma lecture. Gabriel m'interrompit en me demandant : "Tu ne trompes pas Dante ? Qui est ce M-L L ?

    -Bien sur que non, il est tout pour moi, m'exclamais-je en le regardant dans les yeux."

     

     Une heure plus tard, Dante descendit. Je me précipitais en bas de l'escalier, pour le rejoindre. Il était élégant, portait un ensemble noir avec un t-shirt blanc. Il ne me regardait pas dans les yeux. Je ne lui demandais pas son avis, et le pris dans mes bras.

     "Je t'aime, il n'y a que ça à prendre en compte."

    Je me détachais pour le regarder dans les yeux. Il me répondit d'un air triste : "Je te porte malheur, je suis désolé, ce n'est pas la première fois que j'ai failli te perdre.

    -Ne t'inquiète pas, je suis toujours là."

    On monta dans notre chambre pour se retrouver tout les deux. Dans le lit, il restait distant, comme si il avait peur que je ne me casse ou qu'à son contact, je ne parte en fumée. Je n'en dis mot, ne voulant pas le brusquer d'avantage. 


    votre commentaire
  •  Je me réveillais en douceur, un baiser me tira de mes songes. A peine j'ouvrais les yeux que je vis Dante, lavé, habillé, coiffé, en bien meilleur forme qu'hier. Il se leva après une étreinte pour ouvrir les rideaux, une douce lumière de jour me parvint. 

    "Comment vas-tu princesse ?

    -Parfaitement bien mon prince, répondis-je sourire aux lèvres en m'étirant.

    -Aujourd'hui c'est ta journée ! La maison est pour nous pendant ces prochaines 24 heures ! J'arrive tout de suite, je vais te ramener le petit déjeuner au lit."

     Il revint avec un plateau en bois, en son centre un bol rempli de chocolat chaud, cerné de 4 tartines grillées, deux au nutella et 2 au beurre. Il y avait aussi un verre de jus de fruit et un autre de sang. Il avait même déposé une tulipe rose sur le coté du plateau.  

     Dante s'assit sur le lit, et m'invita à manger. Nous grignotâmes en amoureux. Je lui fis lécher mes lèvres pleine de sang après avoir bu une gorgée. Il poussa le plateau, puis m'embrassa avec douceur. 

    Je le repoussais en arrière, et passais au dessus tout en l'embrassant avec passion. Sur ce il répondit férocement en arrachant ma chemise de nuit. Je retrouvais enfin mon homme. 

     Après un mois d’abstinence, il n'avait rien perdu de son talent.  

     Nos ébats se poursuivirent dans la baignoire, dans une eau chaude. Ce n'était pas évident de se laver avec des mains se baladant sur votre corps. 

     Après plus d'une heure, j'arrivais enfin à m'habiller, après pas mal de galipettes il faut l'avouer. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique